Avec les yeux

J'ai une vision assez élémentaire lorsque je prends une photo : la photo est bonne ou elle ne l'est pas. Inutile, de mon point de vue et pour ma part, de triturer les courbes, d'ajouter des effets spéciaux, de coller des filtres... Je me contente d'un recadrage la plupart du temps.

 

Chaque sujet se traite différemment. L'humain c'est ce qu'il y a de moins facile à prendre en photo parce que le moins naturel. C'est sur le vif ou en douce que l'on arrive à capturer la spontanéité. Pour les poses artificielles et forcées, y'a les selfies. Les animaux : il n'y a pas plus cabot qu'un chat qu'on photographie (très drôle). Mes sujets de prédilection sont les paysages urbains déserts, la nature à l'état brut, les perpectives amusantes, les détails singuliers et pour cela on lève la tête, on baisse les yeux et on s'approche...

 

Sujet récurrent : le bâtiment administratif qui change de couleur au fil des saisons...

 

De la verdure : le couloir de bambous, les algues ondoyantes de la Vienne et le jardin des Prébendes d'Oé pendant le confinement.

 

Le chat du musée de la porte (mais ouverte ou fermée ?) à celui qui se croit planqué sous la méridienne.

 

Du voyageur fatigué aux sportifs heureux et de la jupette qui tourne.

 

Beaucoup de détails : Pagode de Chanteloup, Pézénas, Marennes, fauteuils du Bateau Ivre, la licorne et Saint Martin, ombre portée, miroir d'huile,  grille de jardin, 

 

De l'architecture : les Roches Tranchelion, mapping sur la cathédrale de Tours, rails arrivant nulle part, hôtel abandonné, perspective du quartier des Fontaines, Hôtel de Ville de Tours en longue pause.

 

Et les incontournables couchers de soleil sur la Loire.